LE DIAGNOSTIC

La ponction lombaire

Les potentiels évoqués

Les examens sanguins

Les critères diagnostiques

 

Rubrique d'aide à la navigation Contactez le MIPSEP Notre sélection de liens Annuaires Moteur de Recherche MIPSEP

Rejoignez Mipsep sur Facebook

 
Accueil > La Sclérose en Plaques > Le diagnostic
 
Le diagnostic
Le diagnostic repose sur la mise en évidence de lésions distinctes dans le temps et l'espace : c'est ce que l'on appelle la dissémination temporo-spatiale qui peut être révélée par l'examen clinique et/ou les examens complémentaires.
La dissémination temporelle correspond à la répétition d'épisodes neurologiques bien distincts au fil du temps et peut donc être suspectée par l'interrogatoire. La dissémination dans l'espace correspond à la diffusion des lésions à plusieurs zones du système nerveux central. L'examen clinique s'attachera donc à rechercher la présence de signes cliniques témoignant de la coexistence de plusieurs lésions.
Les examens complémentaires utilisés dans le diagnostic de la SEP sont les suivants :
L'imagerie par résonance magnétique (IRM)
 

L'IRM est actuellement l'examen clé dans le diagnostic de la SEP : Elle permet d'une part de visualiser les plaques et d'autre part d'éliminer les autres pathologies susceptibles de s'exprimer par les mêmes symptômes.

Grâce à l'IRM, il est possible de mettre en évidence la dissémination spatiale et temporelle et par conséquent de poser le diagnostic avant même la survenue d'une deuxième poussée.

Dans le cadre de la surveillance de la maladie, il est habituellement inutile de répéter systématiquement les examens IRM. Néanmoins, cet examen pourra être demandé au cas par cas, dans certaines situations, en particulier lorsqu'une modification thérapeutique est envisagée.

Pour en savoir plus sur l'IRM .

 
Retour Haut de Page
 
 
La ponction lombaire (PL)
 

La ponction lombaire permet de prélever quelques millilitres de liquide céphalorachidien, afin de réaliser des analyses cytologiques (nombre et composition des cellules), biochimiques (glucose, protides), immunologiques (anticorps) et infectieuses.

L'analyse du LCR est parfois nécessaire au diagnostic en particulier lorsque manquent les critères requis en IRM ou lorsqu'il s'agit d'une forme progressive d'emblée. En effet, la mise en évidence d'une inflammation locale du LCR, sans signe d'inflammation dans le sang, bien que non spécifique de la SEP, est très contributive au diagnostic.

Pour en savoir plus sur la ponction lombaire.

 
Retour Haut de Page
 
 
Les potentiels évoqués
 

Avant l'IRM, les potentiels évoqués somesthésiques, visuels et auditifs étaient utilisés pour rechercher des lésions cliniquement muettes respectivement sur les voies sensitives, visuelles et auditives.

A l'heure actuelle, seuls les potentiels évoqués visuels conservent un intérêt pour analyser la conduction nerveuse des voies optiques afin de porter le diagnostic d'une névrite optique présente ou passée et confirmer ainsi une dissémination spatiale. Ils sont donc essentiellement demandés lorsque les données de l'IRM sont insuffisantes ou dans le cas d'une forme progressive d'emblée.

 
Retour Haut de Page
 
 

 

Les examens sanguins
 

Il n'existe aucun «marqueur» sanguin de la maladie. Les examens biologiques ont donc pour objectif d'éliminer d'autres diagnostics possibles, tels que certaines maladies infectieuses, génétiques ou auto-immunes en particulier.

 
Retour Haut de Page